top of page

Le Splénique

Dernière mise à jour : 10 juin 2023


✩ Les peurs du splénique ne sont pas à craindre ou à rejeter. Elles sont ici pour perfectionner notre intelligence, affiner notre sensibilité à l'autre et à notre environnement, afin de parfaire et assurer notre survie. Après tout, il s'agit du centre de conscience le plus ancien. La différence entre alignement et Non-soi réside dans la réaction face à ces peurs. Le mental sera toujours apeuré par la peur elle-même (qu'il aime distordre) au lieu de la voir comme un outil ou une alliée précieuse.

Les spléniques non définis peuvent développer avec le temps, une acuité particulière à accueillir et traiter ces peurs (sans les laisser être leur autorité) s'ils reconnaissent qu'elles ne sont finalement qu'une source inestimable d'informations pouvant les maintenir en alerte sur des choses néfastes, notamment les personnes qu'ils côtoient. Ils sont ici pour être les juges des spléniques définis et reconnaître les prises en charge qui ne sont pas saines pour eux, un conjoint, un parent, un coach... Les centres spléniques non définis obtiennent un sentiment de bien-être toujours par procuration...mais est-il bien réel ? Ils ont besoin de se demander : Suis-je dans une relation par confort et par habitude ? Ou suis-je dans une relation honnête, avec quelqu'un de naturellement prévenant qui veille réellement à mon bien-être et ma pérennité ? Vous êtes ici pour sentir les personnes peu soucieuses, voire orgueilleuses (comme votre médecin qui, par vanité, s'auto-proclame responsable de votre santé et vous impose ses traitements) ou simplement celles qui ne peuvent s'adapter (malgré elles) à vos besoins de protection et de bien-aisance.

La plupart du temps ces relations dysfonctionnelles sont établies sur un faux sentiment d'assurance ou de quiétude, elles sont comme des tigres de papier ou des bulles tristement hermétiques qui rassurent mais qui sont toujours prêtes à éclater. Qui a t'il de l'autre côté ? Généralement, les peurs se dissipent quand la personne se décide enfin à « sortir de sa bulle ». Je suis un splénique défini et j’ai mis du temps à comprendre pourquoi mon ex-conjoint (splénique ouvert) était tellement accroché à moi. (Glue pour les intimes) Avec du recul, je me suis aperçue que l'instinct de survie n'était pas toujours quelque chose d'inné ; il était en effet bien incapable d'assurer sa survie lui-même, prenait des risques inconsidérés concernant des choses dont il n'avait aucune conscience de la gravité, ou à l'inverse, avait peur des choses insignifiantes qu'il amplifiait, comme s'il n'avait aucune notion de ce qui pouvait être vraiment alarmant ou dangereux. Et vous ? Quelle est votre histoire avec le centre Splénique ? ✩

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page